•  

    J'AI BESOIN DE QUELQUE CHOSE, MAIS JE NE SAIS PAS CEST QUOI.

    Je suis pathétique.

    ET JE VEUX CE QUELQUE CHOSE. DONNEZ-LE MOI PITIÉ. MAINTENANT

    J'étouffe lorsque je ne l'ai pas. Je m'éteint.


    1 commentaire
  •  

    Je me suis mis à écrire.

    À écrire sérieusement.

    Pas des poèmes, pas des histoires.

    Juste des pensées.

    Mais pas ici.

    Sur des feuilles qui trainent,

    Dans un cahier.

    Où je dessine aussi.

    Ca me fait du bien, parce que je peux le faire peu importe ou je me trouve.

    C'Est pas comme ici.

    Je me sens tellement tordue.

    Ma tête, mon corps, mon esprit,

    Plus rien concorde.

    Je pleure en souriant,

    Puis je sourie en pleurant.

    Je suis intenséement heureuse tout en étant triste.

    Je veux sortir d'iciiii, j'étouffeeeeee!

    Je ne me comprend même pas.

    J'ai les nerfs à vif, je suis à fleur de peau.

    J'y peux rien et j'y comprends rien.

    Je me sens vide.

    Le vide déborde de moi.

    e suis en chute libre,

    Et ne sais toujours pas ou je retomberai.

    Je suis en transe. Dans le changement.

    J'en sortirai quand je serai à l'école, et habituée je crois bien.

    Parce que pour l'instant, je n'appartient à aucune institution,

    Je fais de l'argent, je me repose.

    C'est comme si ce n'était pas normale que j'ai des choses à faire normalement.

    Je suis habituée d'être dans l'excès, le stress, le surtravail.

    Et la. pas grand chose. Je travaille et je gagne ma vie.

    Voila. rétrospective. Moi.

     


    votre commentaire
  •  

    Ca me rend toute heureuse.

    J'ai vraiment que l'impression qu'il me comprend.

    Qu'il ne me trouve pas bizarre, mais fantastique.

    Ses mots doux me donnent des frissons.

    Mon désir grandit de plus en plus.

    Mais sachant très bien qu'une grande distance nous sépare.

    Ca me rend triste seulement d'y penser.

    J'irais le rejoindre n'importe quand.

    Pourquoi pas l'été prochain.

    Tout est possible, dit-il. Et il a raison.

    Je suis tannée de me dire que ce que j'ai envie de faire n'est pas raisonnable.

    Je suis tannée de l'être.

    J'ai besoin d'un peu d'aventures et de risques.

    De faire quelque chose de fou pour une fois.

    Je suis certaine que de suivre ce sentiment serait génial.

    Il s'agit seulement de le faire.

    Oui, le faire.

    Il serait tellement heureux.

    Et moi donc.

    Ahh. ca me fait rêver tout ca.

    Un billet pour Chicago s'il vous plaît.

    Ohhh. soupir.

    Mais pour l'instant, il me fait sourire et frisonner.

    Ca me suffit.

    Sauf quand je pense à comment ca pourrait être de sentir ses bras autour de moi.

    D'entendre sa voix si proche de moi, me chanter ces belles paroles.

    Je ne peux arrêter de penser à lui.

    C'est complètement fou. Je sais.


    votre commentaire
  • Il pleut, il pleut, et encore il pleut.

    Mais quel été de mauvais temps.

    Je trouve les gens dur à suivre,

    un peu comme la température.

    Ils divaguent, changent et rechangent,

    sans jamais se stabiliser.

    Je suis peut-être comme ca sans le savoir,

    Mais j'essai d'être juste avec celle que je suis.

    Je repsecte mes choix, mes gouts, mes envies,

    Que les gens les jugent, les haissent, les aiment,

    Cela m'importe peu.

    Ce qui compte c'est que je sais suivre mon intuition,

    elle ne m'a jamais trompé, frappé, engeulé, ou insulté, elle.

    Elle est moi, et elle me guide vers la lumière.

    D'accord, ma lumière est peut-être un peu sombre,

    Mais cela ne veut rien dire,

    Je ne suis pas plus mal dans ma peau, triste ou frustrée.

    Les gouts ne représente qu'un stade de notre personnalité,

    Et non un état. Les gens ont de la misère à faire la différence.

    Je ne veux que vérité, franchise, honnêteté.

    Je crois qu'il y a assez de synonyme ici pour que vous compreniez.

    Mais certains ont du mal à me la donner.

    C'est tellement plus facile de ne pas montrer qui nous sommes vraiment.

    L'hypocrisie nous guide, nous fait passer à travers la vie plus facilement.

    Oui, plus facilement, car on redoute tous les obstacles.

    Mais pas en étant honnête avec nous-même.

    Je le répète encore et le répeterai toujours,

    Mais comment pouvons-nous agir correctement avec les autres,

    quand nous ne sommes même pas capable de vivre honnêtement avec notre propre personne.

    Je n'en peux plus, je ne sais même plus quoi en dire de plus.

    Je suis exténuée.

    Fatiguée des visages à deux faces.

    Soyons vrais, soyons nous.

    J'aime mieux entendre qu'on me déteste, que de voir tout le monde me sourire sournoisement en silence.

    Dites-moi la vérité, dites-la moi par pitié. Ou ne la dites pas, soyez la. C'est encore mieux.

    Je ne demande que ca.

    Soyez vrais. Je vous aimerai même si vous êtes détestables.

     


    1 commentaire
  •  

    Mes anciens fantômes me reviennent,

    Mon goût du sombre me réensorcèle.

    Ca déborde de mon âme.

    Comme si c'était un besoin pour mon corps, pour mon esprit,

    Comme si je me cachait derrière une facade qui n'était pas mienne.

    Je me sens resurgir.

    Ca me fait peur, je ne sait pas si c'est une bonne chose,

    Les gens ne me connaissent plus comme cela.

    Ca fait peur aux autres, tout ce qui est différent.

    Mais je me sens si bien dans la différence.

    Je me dis que j'entre bientôt dans un nouveau monde,

    et j'ai bien le droit d'être qui je veux, qui je suis.

    Que les gens continuent à dire que c'est du négativisme,

    Je m'en balance.

    Ils n'y comprennent rien.

    Eux, plongés dans la conformité et la norme.

    Moi j'y étouffe, je n'y peux rien.

    Ils ont peur de la vérité.

    Tous n'aiment pas les papillons et les robes fleuries.

    Ils s'y feront.

    Ou peut-être pas, comme dans le passé.

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires